Vous êtes ici

Hangar Communautaire Dardagny (27.09.2012)

Condensé de l'article de Tout l'Immobilier du 8 octobre 2012 :

 

Un hangar exemplaire du sol au plafond

 

Tout a commencé par un manque de place ! L’évolution des structures d’encavage, la diversification et l’augmentation de la production, le refus systématique des demandes d’autorisations pour agrandir les exploitations, ont poussé viticulteurs et agriculteurs du bout du canton à s’allier pour faire bâtir un impressionnant hangar collectif sur le plateau de la Donzelle. Bernard Bosseau, vice-président de l’AGVEI (Association Genevoise des Vignerons Encaveurs Indépendants) et président de la CHAD (Coopérative du Hangar Agricole de Dardagny) nous livre : «Il était devenu impératif de trouver une solution pour garantir la pérennité de ces activités, la commune de Dardagny est un site protégé, nous ne pouvions pas agrandir nos exploitations. ».

C’est la parcelle de Jacques Gros, l’ancien Maire de Dardagny et agriculteur touché par la cause qui a permis la réalisation de ce hangar communautaire, un modèle d’excellence dans le concept du développement durable.

 

Au bout de quatre ans de travaux dirigés par la coopérative CHAD, cet immense chantier écologique (sur une parcelle d’environ 13'000 m2) a vu le jour grâce à la bonne collaboration des différents partenaires clés.

Tout d’abord avec le financement de la Confédération et l’Etat de Genève qui ont soutenu la construction d’une station collective de lavage et de remplissage pour pulvérisateurs phytosanitaires. Une installation qui a pour but de gérer en toute sécurité les opérations de lavage/remplissage et qui traite par un procédé biologique les résidus de produits phytosanitaires. Une station de lavage en circuit fermé a donc pu être installée sur ce site pour préserver la qualité de l’eau du Nant des Charmilles.

Ensuite, la commune de Dardagny a approuvé l’investissement et la pose d’une surface de plus de 1'270 m2 de tuiles solaires photovoltaïques qui garantissent une production d’électricité d’environ 195 000 kW par an (soit environ la consommation de 55 ménages). Une énergie revendue au SIG (Services Industriels de Genève) avec un prix de rachat fixé pour 25 ans.

Enfin, le service de l’agriculture et des eaux a permis également l’installation d’un bio bac disponible pour tous les agriculteurs, même ceux qui ne font pas partie de la coopérative. Grâce à ce système, tous les résidus d’eaux de lavage des engins agricoles sont récupérés et purifiés.