Vous êtes ici

Assemblée Générale 2013

Invité : Monsieur le Conseiller d'Etat François Longchamp

Président de la SG/SSE : Monsieur le Président André Hagmann

 

Extrait de l'article de Tout l'Immo du 27 mai 2013

 

L’assemblée générale de la société suisse des Entrepreneurs, section de Genève (sG/ssE), qui s’est tenue mercredi au Bâtiment des Forces Motrices, a mis en lumière les difficultés rencontrées par le secteur, mais également les retombées positives de l’activité durant l’année 2012.

Le conseiller d’Etat François Longchamp en charge du Département de l’Urbanisme, a souligné également l’importance du secteur de la construction pour l’économie genevoise, qui dénombre, d’après les récents chiffres communiqués par la Caisse de compensation du bâtiment (CCB), un nombre de travailleurs inscrits et actifs sur les chantiers identiques, voire légèrement supérieur, à celui de la même période de l’année dernière.

Si le génie civil a plus ou moins sorti son épingle du jeu grâce aux zones qui se développeront autour du chantier du CEVA, un certain «scepticisme» est de mise dans le secteur du bâtiment à cause des «sempiternels» recours et autres blocages de dossiers qui posent problème. A l’heure actuelle, environ 20 000 logements qu’il serait possible de construire en zones déclassées ne démarrent pas pour des raisons qui échappent à toute logique. «Alors que le besoin de logement se fait cruellement sentir à Genève et que les surfaces constructibles existent, construire relève toujours du parcours du combattant», a appuyé le président Hagmann. Le niveau des prix, les problèmes liés au non-respect des conventions collectives, particulièrement dans la sous-traitance dite «économique», restent une autre des préoccupations majeures de l’association. D’ailleurs à ce titre, l’action de la SG/SSE est de faire appel à la conscience des maîtres d’ouvrage et de leurs mandataires, afin de les convaincre de pondérer leurs critères d’adjudication pour que les prix n’en soient pas le seul élément.

Afin de lutter contre le travail au noir, la sous-enchère salariale et la concurrence déloyale, les partenaires sociaux ont introduit depuis plus de deux ans le port obligatoire d’un badge d’identification pour tous les travailleurs actifs sur un chantier genevois. Equipé d’un code-barre, il permet aux inspecteurs du bureau de contrôle de gagner en efficacité. Les données relatives à l’état du contrat de travail de l’employé présent sur le chantier sont consultables immédiatement, grâce à un appareil équipé pour la lecture du badge, tout en respectant scrupuleusement la protection des données. L’obligation du port du badge figure actuellement dans les «Usages» du gros oeuvre, ce qui le rend indispensable sur les marchés publics genevois, l’objectif à terme de la SG/SSE étant d’obtenir des autorités l’extension de ce dispositif au niveau national.

L’année 2013 devrait se poursuivre sur la même lancée que 2012, avec de grands chantiers tels que le PAV, le Pont-Rouge et toutes les zones qui se développeront autour des lignes du CEVA… Un marché en constante évolution qui oblige les entreprises du gros oeuvre à réagir vite, à diversifier leur travail face à des clients de plus en plus exigeants et à croiser le fer avec des compétiteurs venant de plus en plus loin, dotés de tarifs défiant toute concurrence.

 

André Hagmann, Président SG/SSE
François Longchamp, Conseiller d'Etat du Canton de Genève